[test] tee-shirt et cuissard Bodycross, c’est good !

J’aime le sport et j’apprécie de pouvoir le pratiquer n’importe quand tout en étant confortable au niveau vestimentaire.
Par conséquent, je suis à l’affût de toutes les nouveautés textile qui peuvent surgir.

J’ai noté la montée en gamme de Décathlon et de ses déclinaisons dont Kalenji. C’est un remarquable !

Je me demandais comment les autres grandes marques allaient réagir : les Nike, Adidas, Odlo et cie.
Jusqu’à présent, je n’ai pas trouvé quelque chose de surprenant, c’est plutôt même le contraire de la part de tels ténors, à moins de dépenser des sommes « astronomiques ».

Et dernièrement, grâce à l’ami Jean-Pierre, j’ai découvert une nouvelle marque Bodycross. Venant de sa part, j’étais convaincu de la qualité, mais je suis comme Saint Thomas et je demandais à voir.

C’est dans ce contexte que j’ai testé le tee-shirt technique Mile et le cuissard de compression Silvio.

Dès le premier toucher, je suis étonné par la finesse et la douceur du toucher alors que c’est très fin.

Malheureusement nous sommes en pleine canicule et je me dis que ces textiles ne sont pas adaptés pour ces chaleurs et j’attends quelques semaines pour m’en servir.

Nous voici revenu à des températures plus clémentes pour un mois de septembre, environ 12-15°C au petit matin. Je me dis que là les conditions sont idéales, car il fait frais au démarrage, mais une fois en route on a facilement chaud.

C’est donc souvent une gageure de s’habiller juste, ce qui signifie pour moi le moins de vêtements possible.

J’enfile donc le tee-shirt et le cuissard.

Je constate tout de suite la vaste poche dorsale du cuissard qui accueille facilement mon smartphone (un Samsung S20). C’est appréciable. Par ailleurs, la petite poche latérale accueille mon inévitable paquet de mouchoirs bien utile. Dans la poche ventrale je dispose ma clé et me voilà paré pour ma petite séance matinale de 45 min.

Je ne me sers pas des poches du tee-shirt alors que je pourrais y glisser une barre si je décidais de faire une sortie longue.

Par contre je monte le zip de ce tee-shirt car il fait légèrement frisquet au démarrage.
À ma grande surprise, je ne ressens qu’une légère fraîcheur qui augure d’une bonne séance.

Cela se confirme par une très bonne ventilation et toujours cette sensation de fraîcheur grâce à une bonne évacuation de la chaleur et de la transpiration.
C’est vrai aussi bien en haut que pour le cuissard.

Au bout de 30 minutes, j’ouvre le zip du cou ce qui permet un regain de fraîcheur bien utile.

Le résultat est très positif à la fin de cette première séance.

Le lendemain, séance surprise sous la pluie. M…

J’ai eu agréablement surpris par sa légèreté même sous la pluie : le combo tee-shirt + cuissard est très protecteur car je n’ai pas ressenti de froid, au contraire j’étais bien 😀

C’est donc une grande satisfaction de porter ses vêtements dont vous avez les caractéristiques ci-dessous.

Comme on dit : « essayez c’est les adopter », j’y souscris à fond dans ce cas.

Merci Jean-Pierre, découvrez la marque sur https://shop-bodycross.com/fr/ et merci Bodycross pour ces textiles hors pair qui nous permettent d’appliquer son slogan « beyond your limits » ou le dépassement de soi…

Tee-shirt Mile : https://shop-bodycross.com/fr/t-shirt-trail-homme-mile-noir-jaune.html

Ce tee-shirt d’inspiration trail à manches courtes, est idéal pour votre entrainement ou votre compétition par temps sec. La matière respirante et les éléments en mesh sous les bras permettent une évacuation de la transpiration. Le demi-zip permet une protection et permet également l’évacuation de la transpiration et donc un confort thermique maximum. Les coutures plates de ce tee-shirt vous procureront une aisance optimale et une protection de votre peau contre les irritations.
Deux poches dans le bas du dos, à droite et à gauche, fermées par un rabat, peuvent accueillir chacune, gel et barre céréale pour garder de l’énergie durant votre course. Une 3ème poche zippée, permet de transporter des objets tel que clés ou téléphone. Pour une meilleure visibilité, des éléments réfléchissants sont apposés à l’arrière et sur les manches.
Composition : 88% polyester + 12% élasthanne. Le Mesh est composé à 75% de Polyester et à 25% d’élasthanne.

Cuissard de compression Silvio : https://shop-bodycross.com/fr/short-compression-trail-homme-silvio-noir.html

Le cuissard Silvio a été conçu à partir de polyamide, matière textile très légère, très résistante et élastique, ce qui convient parfaitement pour ce cuissard de trail.
Pour un maintien correct au niveau des quadriceps, le bas est resserré. Confortable et respirant, le Silvio dispose d’une large ceinture, 10cm, disposant d’un cordon de reserrage pour un maintien optimal.
Sur cette ceinture se trouve 2 poches, une poche élastiqué à l’avant pour y mettre une flask d’eau et/ou barre de céréale, et une poche zippée à l’arrière pour y ranger vos objets précieux tel que le téléphone ou clé. Les coutures plates éliminent le risques de frottement et d’irritations.
Ce cuissard de compression dispose également d’une protection anti-bactérienne et anti-odeur.
Composition : 76% polyamide + 24% élasthanne

[run session #2015-40] Trail urbain de l’Humarathon : plaisir et intensité

20150418-dashboard18/04/2015 – Cette année, deuxième participation au trail urbain de l’Humarathon qui en est à sa deuxième édition. Je vais peut-être essayer de le faire chaque année pour suivre son évolution.

Cette année, grosse évolution avec un quasi doublement de la distance : on est passé de 10 à 19,2 km. C’est une très bonne chose car l’année dernière, on avait à peine trouvé le rythme qu’on était arrivé.

Le profil a aussi changé : avant la principale difficulté se trouvait dans le dernier tiers de la course, cette année, tout est passé dans le premier tiers, excepté le passage de la passerelle à 500 m de l’arrivée – un vrai casse-pattes.

20150418-profil

Il y avait un peu moins de 200 personnes au départ (146 à l’arrivée) donc petit comité.

Ce n’est pas la foule du semi-marathon de Paris ma dernière course.

17 h 35, départ en douceur comme d’habitude, avec l’ascension de la butte présente dans le parc de Cormailles, certains s’envolent déjà ce n’est pas mon cas : qui veut aller loin ménage sa monture.

Après un petit peu de plat, on attaque les principales « difficultés » de  parcours, d’abord de longues côtes, et ensuite le « mur » 😉

Un mur en zigzag super pour casser le rythme. J’en profite pour un pipi stop et on repart de plus belle.

Le vent contraire dessèche bien la gorge et étant parti sans eau, c’est avec bonheur que j’arrive au ravito au km 8,7.

Là je prends bien mon temps, je sors ma pâte de fruit (merci Julien) et je bois bien tranquillement. Je pers entre 30 s et 1 min mais ce n’est pas grave.

Pause bien venue car je sens que le cardio est assez haut.

20150418-frequence-cardiaque

Je reste dans mon Scott Jurek spirit et je suis là pour me faire plaisir et pas vraiment pour aller le plus vite possible.

Je profite du paysage, qui est pas mal avec une belle vue sur Créteil et ses alentours : je suis sur le plateau face à Créteil avec la Seine en contrebas.

Descente vers la Seine, qu’on longe sur quelques kilomètres avant de rentrer dans la ville : c’est la partie la plus longue du parcours.

C’est aussi ici que je me suis fait passer les 3 et 4 ème féminines qui finiront avec 2 minutes d’avance sur moi.

Puis je me fais doubler par un V2 qui a fait le marathon de Cheverny la semaine dernière en 3 h42 et qui me propose de le suivre, pas possible sans me griller. Je finirai pas loin mais bon …

Puis tout roule, jusqu’à la passerelle – 500 m avant l’arrivée – elle m’a cassé les pâtes comme jamais, pire que le premier étage de la tour Eiffel lors de mon Ecotrail 80 km. C’est bizarre j’avais la tête qui tournait en haut.

Néanmoins cela passe tout de suite et je termine en trombe avec une dernière ascension de la butte, une descente de toboggan et un sprint pour le dernier 100 m : sprinteur j’étais, sprinteur je reste.

20150418-dynamique-de-courseQuelques enseignements de cette course :

  • j’essaie d’appliquer le light feet running et c’est très efficace, cela m’a permis de tenir un très bon rythme sans aucune préparation spécifique. Par ailleurs, je me sens très léger dans ma foulée et cela se confirme sur l’usure de la semelle : inexistante ;
  • j’avais choisi les Supernova Glide 7 d’adidas pour leur effet boost : objectif atteint ;
  • j’avais mis un débardeur et c’est parfait pour maintenir une bonne température ;
  • j’avais décidé de prendre du plaisir avant tout mais cela ne m’a pas empêché de tenir un rythme soutenu et d’obtenir une 46ème place sur 146 arrivants.

Bref un bon samedi après-midi.

20150418-parcours

Barefoot Ted de Born to Run, vous connaissez ?

ted-mcdonald-running-tips_50632_600x450

Salut,

Je continue ma préparation mentale pour mon trail de dimanche (Trail des lavoirs) par une lecture de pointures en la matière.

Aujourd’hui, je vous invite à découvrir les trucs de Barefoot Ted ( le coureur aux pieds nus, héros, parmi d’autres, de Born To Run)  pour devenir un barefooter accompli :

  • prenez votre temps pour effectuer la transition « coureur chaussé » vers « coureur pieds nus » ;
  • soyez silencieux ;
  • accélérez la cadence ;
  • trouvez le juste équilibre postural ;
  • prenez conscience de votre corps ;

Maintenant que vous avez l’eau à la bouche, je vous laisse lire l’article dans le détail.

Crédit photos : Leslie Gaines, National Geographic Adventure

Seul au monde : Kilian Jornet

Grâce à Pascal, mon ami triathlète – vive Meudon Triathlon – et rédacteur du très bon blog l’Esprit du sport, j’ai découvert cette vidéo de Kilian Jornet.

Je vous recommande plus que tout de la voir, voir, revoir, re-revoir : Intérieur Sport – Seul au monde

Kilian sait bien définir ce qui le pousse à courir malgré toutes ses victoires. Un boost comme il le faut même si je n’en ai pas besoin mais il est bon de partager une même philosophie.